• Art Africain Contemporain
  • contemporary african art
Imprimer

Sénégal: « Reflets du sous-verre » à la galerie Yassine : au bon souvenir d'un art populaire sénégalais

Écrit par Jean Pires, Le Soleil on .

La saison des Arts plastiques démarre dans une belle explosion de couleurs qu'est « Reflets du sous-verre ». Une exposition de quelque 25 artistes de Dakar et des régions, dont le vernissage, aujourd'hui à 18 heures, va marquer l'ouverture officielle du nouvel espace culturel de la Cité Marinas de Hann, le « Yassine Art Center ».

La peinture sous-verre sénégalaise se rappelle au bon souvenir des amateurs d'art et des collectionneurs, ce sera à l'occasion de la grande exposition « Reflets du sous-verre ». Son vernissage aura lieu aujourd'hui, mardi, à 18 heures, au nouveau complexe culturel de Hann, dénommé « Yassine Art center » sis à la Cité Marinas. Vingt-cinq artistes de Dakar et des autres régions du pays ont répondu à l'invitation des promoteurs de la Galerie Yassine que sont Amadou Yacine Thiam, propriétaire et le commissaire de l'exposition, Omar Diack. « C'est une façon de reprendre le flambeau, mais surtout de redonner ses lettres de noblesses à l'art de la peinture sous-verre » soutenait M. Thiam. Les artistes exposants avaient la liberté du choix de leur thème et même du nombre d'oeuvres proposées, nous confirme le commissaire de l'exposition. Le choix est ainsi très vaste pour la sélection de cette exposition de plus d'une cinquantaine d'oeuvres. On y retrouve des signatures de référence en matière de fixé sous-verre comme Babacar Lô « l'ancien », mais aussi ce que l'on pourrait appeler la nouvelle vague de la peinture sous-verre, qui s'est inspirée de la technique en gardant parfois le style humoristique, mais aussi ceux là comme Anta Germaine Gaye, Sea Diallo, Moussa Sakho, Alexis Ngom, Moussa Johnson de Thiés etc... qui ont choisi de s'exprimer dans cette technique pour son attrait sur le plan plastique et les possibilités particulières qu'il offre. Le détour est nécessaire sur les lieux pour avoir une idée de ce qui se fait, depuis ces dernières années, dans cette technique à cheval sur la tradition et la modernité. Abdou Sylla, chercheur à L'IFAN et critique d'art, qualifie à juste raison notre peinture sous-verre de « mode pictural le plus sénégalais et le plus populaire » (in Arts plastiques et Etat au Sénégal / Ifan-CAD 1998).

Par JEAN PIRES, Le Soleil - allafrica.com